Un prélat burundais appelle le Vatican à autoriser le mariage des prêtres

wedding_rings_0.jpg

English version. BUJUMBURA - L’abbé Adrien Ntabona de l’Eglise catholique du Burundi, a appelé publiquement, dimanche, le Vatican à autoriser le mariage des prêtres "qui ne savent plus respecter le serment de chasteté".

Le prélat catholique de plus de 70 ans est un universitaire, écrivain, penseur et chercheur reconnu et respecté des milieux intellectuels et politiques à Bujumbura pour ses prises de position jugées "courageuses" sur divers sujets de la vie nationale.

Le retraité de l’Université du Burundi, où il a longtemps enseigné la Linguistique et la Littérature africaine, s’est replié depuis peu sur l’Eglise "Esprit de sagesse" de Bujumbura où ses messes ne désemplissent pas à longueur de journées d’étudiants et des membres de la petite bourgeoisie locale avides de parole d’évangile.

Pour lui, autoriser les mariages des prêtres serait "l’un des moyens d’en finir avec l’hypocrisie de ceux qui, déjà, se livrent clandestinement à la débauche sexuelle".

"En ce qui me concerne, celui qui veut n’a qu’à se marier immédiatement et il aura ma bénédiction", a insisté l’abbé Ntabona.

Dans les milieux ecclésiastiques et des fidèles à Bujumbura, la prise de position du prélat catholique a mal passé, dans un pays où le conservatisme religieux hérité de la colonisation reste de mise.

La religion catholique reste dominante au Burundi où plus de 65% des habitants sont des Chrétiens, 20% des animistes et 2% des musulmans.